Hernie Crurale - International Hernia Care

HERNIE CRURALE

Hernie crurale : Symptômes

L’ hernie crurale, ainsi que l’hernie ombilicale et le diastasis des grands droits, est l’une des pathologies les plus répandues de la paroi abdominale féminine. Je le diagnostique fréquemment chez les patients ayant de longs antécédents de douleurs inguinales, de nombreuses visites non diagnostiques chez des spécialistes et de multiples échographies discutables. En fait, le diagnostic de hernie crurale n’est pas si immédiat, car souvent l’orifice herniaire est très petit et le sac herniaire se développe près du pli inguinal et est adjacent aux vaisseaux fémoraux ; pour cette raison, la hernie est souvent masquée par le panniculus adiposus adiposus aussi chez les plus maigres.

Quel est le premier symptôme d’une hernie crurale ?

La plupart de mes patients, lorsqu’ils décrivent leurs premiers symptômes, font état de douleurs et de brûlures aiguës, accompagnées d’une sensation de gonflement pendant l’activité physique (souvent pendant l’entraînement au gymnase).

La sensation de gonflement est clairement perceptible, mais souvent il n’y a pas d’asymétrie ou de proéminence évidente pendant le contrôle en raison de l’interférence du panniculus adiposeum.

http://www.internationalherniacare.com/wp-content/uploads/2016/04/crurale.jpg

Hernie crurale : anatomie et échographie

L’échographie de ce type de hernie peut être difficile, contrairement à la hernie inguinale, en raison de la région anatomique particulière où se développe le sac herniaire, de la nature adjacente des vaisseaux fémoraux et de la présence de ganglions lymphatiques enflammés et réactifs qui déforment souvent la vision du sac herniaire.

Le sac herniaire crural contient le plus souvent de la graisse qui a le même aspect échographique que le panniculus adiposus environnant, ce qui constitue un facteur additionnel de désorientation échographique diagnostique. Pour cette raison, il est conseillé que l’échographie soit réalisée par le chirurgien lui-même qui, étant familier avec l’anatomie chirurgicale, peut mettre en évidence sa présence en temps réel en faisant l’échographie de stress (ou d’autres) en cas de doute.

Hernie crurale étranglée

L’évolution vers l’hernie crurale étranglée, c’est-à-dire l’implication d’une boucle intestinale avec occlusion et gangrène, reste extrêmement possible, imprévisible et très dangereuse.
La petite taille de ce type de hernie ne correspond malheureusement pas à un faible risque d’étranglement, bien au contraire. Souvent, la petite taille du collier herniaire (orifice crural herniaire) entraîne un mécanisme de non-retour unidirectionnel de manière à ce que l’intestin sorte du défaut herniaire et ne puisse plus retourner à son emplacement.
Comme pour les autres types de hernie, l’étranglement crural doit également être évité. L’intervention de réparation est beaucoup moins complexe et risquée que l’intervention d’une hernie crurale étranglée.

Hernie crurale et grossesse

La possibilité d’une grossesse ou d’une grossesse future ne doit en aucun cas être sous-estimée par la patiente ou le médecin traitant.
Toutes les situations qui augmentent le volume contenu dans la cavité abdominale exercent un stress et aggravent les défauts de la paroi abdominale, y compris les hernies.
La grossesse entraîne une augmentation considérable du volume abdominal en quelques mois. Si une patiente souffre déjà d’une hernie crurale avant la grossesse, il existe un risque réel d’aggravation ou de complications pendant la grossesse.
Cette situation doit être évitée en tout cas par une intervention chirurgicale en temps utile avant la grossesse.
Malheureusement, j’ai souvent diagnostiqué en présence d’une grossesse avancée. Cette situation est très délicate : d’une part, il y a les risques accrus de complications herniaires, et d’autre part, il y a les risques associés à la grossesse elle-même.
Dans ces cas, le patient est gardé sous observation clinique rapprochée et la hernie est soignée dans les premiers mois suivant la naissance.
J’ai déjà rencontré des patients qui ont tendance à sous-estimer le problème de soulager les symptômes d’une hernie crurale, que l’on observe habituellement après l’accouchement, en retardant la chirurgie ou en se disant guéri. Malheureusement, le défaut anatomique demeure et doit être traité par la chirurgie, qui heureusement devient de moins en moins invasive grâce aux nouvelles technologies, matériaux et instruments.

Quelle est la meilleure intervention pour guérir la hernie crurale?

Chirurgie traditionnelle: il s’agit d’une incision ouverte, d’une réduction des hernies et d’un positionnement de plugs, c’est-à-dire de véritables dispositifs en plastique qui ont la fonction de bouchons et peuvent entraîner diverses complications pour la pose et la fixation. Même après des années, il y a la possibilité de déplacement et de migration.
La chirurgie pour hernie crurale laparoscopique ou, mieux encore, la robotique permet:

  • la réparation du défaut de paroi de l’intérieur avec des incisions de 3 mm et vue des structures anatomiques avec fibre optique;
  • la récupération rapide;
  • les incisions cutanées inguinales étendues et inesthétiques ne doivent pas être pratiquées.

Un autre avantage de la chirurgie mini-invasive pour la hernie crurale est que la branche nerveuse du nerf génito-fémoral n’est pas touchée pendant la chirurgie et il n’y a donc pas de risque d’endommager le nerf génito-fémoral.
Cette branche nerveuse transporte la sensibilité cutanée de la région génitale externe et d’une partie de la cuisse.
Au cours de l’histoire de la chirurgie, le problème de la conservation intacte de ces nerfs ne s’est jamais vraiment posé, aussi parce que les méthodes à ciel ouvert exigeaient dans presque tous les cas leur résection (neurectomie) avec des déficits de sensibilité et d’éventuelles altérations dans la sphère sexuelle.

Cette résection des parties nerveuses inguinales est nécessaire en chirurgie traditionnelle pour la mise en place des plugs et pour éviter les conflits.

Avec les techniques laparoscopiques et robotiques pour la réparation de la hernie crurale, d’autre part, une prothèse très douce (maille) est positionnée par une technique mini-invasive, qui a pour fonction de renforcer les tissus. Il y a également une nette réduction de la douleur post-opératoire et la reprise d’une activité physique normale est accélérée de manière considérable.

Dr. Antonio Darecchio

Logo footer1

Copyright InternationalHerniaCare 2018. All rights reserved.

Continuando a navigare nel sito, scorrendo la pagina o interagendo con un qualsiasi elemento della pagina dichiari di aver completamente letto e accettato le condizioni del sito. Maggiori informazioni.

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close